Médecine Vétérinaire des Equidés

Dsc 48

La pratique vétérinaire généraliste autour des équidés se réparti ainsi, du motif d'appel le plus fréquent au moins courant :

  1. Les plaies cutanées, musculaires et parfois tendineuses sont majoritairement dues à des clotures mal entretenues et sont essentiellement localisées sur les membres.
  2. Les coliques sont très fréquentes chez les équidés. Dans la grande majorité des cas elles peuvent se gérer directement sur le terrain. Malheureusement, il arrive dans certaines situations que l'hospitalisation de l'équidé dans une structure spécialisée soit nécessaire à sa survie. 
  3. Les problèmes respiratoires sont courants, d'autant plus chez les animaux non vaccinés contre la grippe. Ce virus, comme chez l'homme, profite du moindre coup de froid pour s'installer. Il peut parfois être à l'origine de problèmes respiratoires plus graves.
  4. Les boiteries sont majoritairement dues à des problèmes de pied. Ainsi, l'aide d'un maréchal ferrant est souvent nécessaire.

Certains domaines très particuliers de la médecine équine sont confiés à des personnes compétantes en la matière :

  • la chirurgie spécialisée et la dentisterie sont réalisées à ce jour par deux autres vétérinaires du secteur 
  • la chimiothérapie anticancéreuse est réalisée par des vétérinaires agrémentés pour l'utilisation d'anticancéreux.
  • des consultations d'ostéopathie vétérinaire vous seront bientôt proposées au cabinet vétérinaire ou à votre domicile
Dsc 0313 01

Les obligations du détenteur d'équidé

Dsc 0489 01

 

 

Ces quatres points valent autant pour les particuliers détenant des chevaux de loisir que pour les professionnels.

  • Identification : Depuis l'an 2000, tous les équidés résidant en France doivent être identifiés par une puce électronique (transpondeur). Celle-ci permet d'en connaitre le détenteur, le propriétaire et s'il s'échape de le ramener plus vite chez lui. L'identification doit être réalisée avant le 31 décembre de l'année de naissance de l'équidé.
  • Déclaration des lieux de détention : Cette déclaration est simple et gratuite. Chaque détenteur d'équidé, qu'il en soit propriétaire ou non, doit déclarer les différents lieux de stationnement des équidés dont il a la garde aux haras nationaux via un formulaire. Cela permet au RESPE (Réseau d'épidémiosurveillance en pathologie équine) de prévenir les détenteurs d'équidés des cas de maladies contagieuses équines qui apparaissent proche de chez eux.
  • Déclaration d'un vétérinaire sanitaire pour tout détenteur de 3 équidés ou plus : Cette déclaration est téléchargeable sur le site internet des haras nationaux et est à envoyer à la DDCSPP de votre département.
  • Tenir un registre d'élevage : sorte de cahier qui référence les différents lieux de pâtures ou de stationnement, les équidés entrant ou sortant de l'effectif, les traitements médicamenteux (vaccins, vermifuges, soins locaux ...), les dates de ferrures ...

La fin de vie

Parfois tout ne se passe pas comme prévu.

Un jeune cheval blessé, une vieille jument qui n'allait pas plus mal jusque là, qui n'avait jamais vu un véto de sa vie, un poulain qui nait, encore dans son enveloppe, sans pouvoir respirer ...

Parfois tout bascule, l'impression d'être impuissant face à la douleur, au poids de son cheval que l'on arrive pas à relever ...

Dscn3795 1

Que le moment de la mort soit choisi ou non, que cet évènement soit subi ou anticipé, c'est toujours un mauvais instant à passer.

Le Deuil se fera, il faudra du temps, peut être trouver du réconfort auprès de vos proches ou d'illustres inconnus. 

Nous vous offrons ici un peu d'aide pour avancer face à cette épreuve.

 

Dernière mise à jour le 21/04/2016