Comment être un maître responsable de son chien

  • Par vetbdc
  • Le 29/06/2016
  • Commentaires (0)

"Je ne comprend pas, mon chien n'a jamais mordu, pourtant ma voisine assure qu'il lui a mordu le mollet"..."Non, ce n'est pas possible, mon chien ne peut pas avoir attaquédes brebis, il lèche le nez tous les matins de notre petite brebis ouessan" ... Tant de raisons différentes, tellement fréquentes, et pourant 

Le propriétaire d'un chien (ou celui qui s'en sert dans le cas de chiens de berger en estive par exemple) est responsable du dommage que le chien aura causé, qu'il ait été à ce moment là sous sa garde, échappé ou égaré (1). Cette responsabilité, chacun s'en doute bien et admet que si son meilleur ami à 4 pattes a mangé la poule du voisin, il est préférable de la lui rembourser. Malgré tout, l'origine du problème vient souvent du fait que l'animal s'est trouvé un instant sans surveillance (parfois une heure, une journée ou plus encore).

Oui ! Nous le savons tous, vivre à la campagne nous offre la possibilité d'ouvrir la porte à son chien le matin pour qu'il sorte faire ses besoins. Nous le faisons rentrer un moment après sans trop se poser de questions sur ce qu'il a réellement fait ou les risques qu'il prend en se promenant seul. Malheureusement, nous oublions trop souvent que le chien est un animal et pas le dernier enfant de la famille qui rentre pour le goûter. Le chien a un instinct qui le pousse :

  • à marquer son territoire (jets d'urine et déjections en périphérie de celui-ci ... parfois dans le jardin des voisin)
  • à chasser (un chat, une brebis, la poule du voisin)
  • à rassembler (des moutons, des enfants, pourquoi pas toute personne qui passe)
  • à défendre son territoire vis à vis d'autres chiens, des humains parfois
  • à se reproduire et courir après les chiennes en chaleur ou bien à courir le pays pour trouver le plus beau mâle pour s'accoupler ...

Tout cela n'a que peu d'importance pour celui qui ouvre la porte au chien le matin mais constitue parfois pour les voisins, les agriculteurs, les randonneurs, ou la personne qui traverse la rue à ce moment là une nuisance, un instant désagréable, une perte financière parfois une douleur insoutenable et des séquelles à vie (morsure).

 

Etre un maître responsable, c'est donc

  1. avant tout savoir ce que fait son chien, et à défaut de surveillance continue, savoir qu'il se trouve dans un espace maîtrisé tel qu'un jardin clos
  2. mais aussi avoir la capacité d'admettre que son chien peut causer un dommage lorsqu'on ne le surveille pas et en assumer les conséquence sans rechigner.

 

(1) Code Civil article 1385

national santé publique chien

Ajouter un commentaire